Mot du Coordonnateur

748a4184

Chers acteurs et partenaires : bienvenue dans le site web du PNLP

Le plan stratégique 2016-2020 élaboré par le Programme National de Lutte contre le Paludisme, s’inscrit en droite ligne dans la concrétisation de la vision d’une politique de santé performante telle que exhortée par le Plan Sénégal Emergent. Le mérite de ce cadre réside dans la perspective inclusive qui fut à la base de son élaboration. Bréviaire pour tous les acteurs de la lutte contre le paludisme, le plan stratégique réaffirme de façon absolue l’ambition de notre pays à réduire à sa plus simple expression l’incidence du paludisme tant du point de vue de sa morbidité que du point vue de sa mortalité. Nos interventions s’adapteront davantage aux différents faciès épidémiologiques mais s’ouvriront aussi aux innovations qui caractérisent notre secteur et qui pourront nous apporter des plus values conséquentes.

L’accompagnement renouvelé du Gouvernement, le leadership de Monsieur le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale, l’engagement constant des professionnels, la mobilisation des communautés et le soutien des partenaires demeurent sans nul doute des atouts considérables pour l’atteinte des objectifs.

D’importants progrès ont été réalisés ces dernières décennies, les taux de morbidité et de mortalité palustres ont considérablement baissé cependant, le chantier est encore vaste. Il faudra réaliser l’accès universel aux interventions majeures et opérer la mise en œuvre systématique d’interventions spécifiques inhérentes aux différentes zones épidémiologiques.

Chers acteurs, la vision paradigmatique que nous avons aujourd’hui va fortement s’appuyer sur les principes de la déconcentration et de la décentralisation de la gestion. Une meilleure place sera donnée aux Régions Médicales et districts sanitaires, bases opératives de notre système de santé et lieu par essence de l’expression de la lutte anti palustre.

Par ailleurs, nous allons nous adapter aussi bien aux exigences politiques actuelles en matière de décentralisation avec l’Acte III qu’à la perspective de l’érection des directions régionales de la santé.

Les défis sont colossaux mais ils sont largement à notre portée, il nous faut nous engager résolument dans la perspective de la pré-élimination du paludisme en 2020 et vers son élimination en 2030. Notre pays est sur la voie et les enjeux sont énormes tant en termes de mobilisation des ressources domestiques que de mobilisation citoyenne pour faire de l’élimination du paludisme une réalité. A ce propos, nous allons résolument encourager une approche multisectorielle; en effet la lutte contre le paludisme requiert la participation de la quasi-totalité des secteurs tels que l’environnement, l’éducation, l’assainissement, etc. Cet engagement multisectoriel sera sous-tendu par une forte participation des communautés.

Chers acteurs, nous avons aujourd’hui la tache exaltante de perpétuer d’une part une longue tradition de lutte et d’autre part de consolider une union sacrée autour de notre commune volonté d’apporter une réponse radicale et définitive au paludisme.Je vous invite à une appropriation du plan stratégique et à la mise en place des principes d’équité dans l’accès aux services de prise en charge et de prévention du paludisme.

Enfin, la recherche sera un des piliers de notre action car sans elle point d’enseignement encore moins de politique de santé ou d’action à mener. C’est donc dire que notre démarche va s’inscrire dans une optique systémique et globale.

Dr DOUDOU SENE
Coordonnateur du Programme National de Lutte contre le Paludisme.