PNLP | La Chimio-prévention du Paludisme saisonnier
14945
page,page-id-14945,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2,vc_responsive
 

La Chimio-prévention du Paludisme saisonnier

Photo-CPS

Le Sénégal a introduit cette nouvelle intervention dans sa politique de prévention et de prise en charge du paludisme pour mieux atteindre ses objectifs contenus dans son plan stratégique 2011-2015, conformément aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé.

En effet, dans la sous-région du Sahel, la mortalité et la morbidité due au paludisme chez les enfants durant la saison des pluies, continuent à préoccuper les Etats. Des études ont montré que l’administration, à intervalles appropriés, d’un traitement complet avec un médicament antipaludique efficace au cours de cette période prévenait la morbidité et la mortalité infantiles dues au paludisme.

 

Conformément à cette approche et sur la base de données factuelle, l’OMS a recommandé une intervention supplémentaire pour lutter contre le paludisme à Plasmodium falciparum : la Chimio Prévention du paludisme Saisonnier (CPS). En effet, dans les régions de paludisme saisonnier où 60% des cas surviennent au cours d’une période maximale de quatre mois (période de l’hivernage), l’OMS recommande désormais la chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS) chez les enfants. Celle-ci s’est avérée efficace, peu coûteuse, sûre et réalisable en vue de la prévention du paludisme chez des enfants en zones de forte transmission saisonnière du paludisme. .

La chimio prévention du paludisme saisonnier (CPS) se définit comme l’administration intermittente d’un médicament antipaludique au cours de la saison de forte transmission du paludisme pour éviter la maladie. L’objectif est de maintenir des concentrations thérapeutiques en médicament antipaludique dans le sang pendant toute la période où le risque palustre est le plus élevé.

 

L’objectif est de couvrir au moins 90% des enfants âgés de 3 mois à 10 ans des districts ciblés.
La mise en œuvre consiste en l’organisation de campagnes locales de distribution/administration gratuite de masse de médicaments (SP + AQ), par une stratégie porte à porte en s’appuyant sur le système communautaire et comportant un important volet pour la communication, le plaidoyer et la mobilisation sociale.

 

Quatre régions sont éligibles pour le moment au Sénégal (Kédougou, Tambacounda, Sédhiou et Kolda). Le PNLP a démarré l’intervention dans la région de Kédougou et le district de Dianké Makha dans la région de Tambacounda en Aout 2013, et est passé à l’extension dans tous les districts des quatre régions éligibles en juillet 2014.